PASSION FROIDE

Ce week-end je suis allée voir le très attendu Coco Chanel & Igor Stravinsky de Jan Kounen. Le personnage de Coco Chanel m’intrigue assez, bien que j’en sache très peu sur elle finalement, et je n’ai pas lu le livre de Chris Greenhalgh, dont le film est tiré ; j’étais donc très curieuse de découvrir cette période de sa vie. Sa passion avec Igor Stravinsky donc, mais aussi sa vie de créatrice, sa personnalité, sa complexité. Lors de la sortie de Coco avant Chanel, j’avais découvert la jeune fille qui se cachait derrière son image glacée de grande dame froide, le génie de ses partis pris, la passion derrière le masque, et je voulais en savoir plus.

Et bien… j’ai été très déçue. Je ne sais pas à quoi je m’attendais finalement, mais le film m’a semblé survoler les choses. Se figer à la surface, et même, (re)tomber dans les clichés souvent associés à Coco Chanel, froide, impénétrable, odieuse. Trop. “Un peu de subtilité aurait suffit”, disait la critique de Elle, reprenant une des répliques d’Anna Mouglalis lors de l’élaboration du désormais fameux jus Chanel n°5. C’est aussi mon avis. Anna Mouglalis est vraiment magnifique, certes ; hiératique, superbe, portant à merveille les costumes élaborés par Chattoune et Fab. Mais. Il ne faut pas qu’elle ouvre la bouche - ça tombe bien, il n’y a pratiquement pas de dialogues. Un jeu manquant cruellement de nuances, à l’image du film… Une froideur trop caricaturale, un Stravinsky - incarné par Mads Mikkelsen - trop effacé, transforment la passion en anecdote, voire en simple histoire de fesses. Je pensais que lorsque deux grands se rencontraient ainsi, cela ferait beaucoup plus d’étincelles…

Rendons hommage, cependant, à la splendide reconstitution de la première du Sacre du Printemps, au début du film, et aux costumes, qui, privilégiant la modernité à l’exactitude historique, sont un vrai plaisir pour les yeux.

 

Robe conçue par Karl Lagerfeld pour le personnage de Coco

 Croquis des tenues conçues par Chattoune et Fab pour le personnage de Coco - L’Express Styles

Un parti esthétique - il faut voir aussi, la somptueuse maison de Coco -, qui malheureusement, prend un peu trop le pas sur la crédibilité des personnages et de l’histoire…

Tags: , , ,

5 Responses to “PASSION FROIDE”

  1. Stéphanie Says:

    Tu confirmes les critiques que j’ai pu lire. Je n’irais pas. Par contre, je suis cuirieuse de lire dont le film est tiré.
    Bonne année. :)

  2. Miss Glitzy Says:

    C’est souvent le problème des biopics qu’on connaisse bien le sujet ou peu, ça se résume souvent à de beaux costumes, et ils ont l’air superbes, et de beaux décors… pourtant c’est une période intéressante de la vie de Coco. Quel est le problème quand la belle Anna ouvre la bouche???

  3. Celine Says:

    Moi j’irais quand même le voir c’est sûr…je comprends ta déception, d’ailleurs je suis tombée récemment sur le téléfilm qui m’a fait bondir…catastrophique à tous les niveaux! j’avais beaucoup apprécié Coco avant Chanel, Audrey Tautou y était très vraie…

  4. Julie Perello Says:

    Stéphanie : c’est quand même bien d’aller le voir, ne serait-ce que pour avoir un avis ! Et moi aussi j’ai envie de lire le livre, du coup.

    Miss Glitzy : C’est marrant aujourd’hui j’ai lu u ne critique qui disait que ce film s’épluche, par niveaux successifs. J’avoue que je n’ai pas trop compris cet aspect du film, il faudrait peut-être que je me penche dessus… La seule chose que je peux dire, c’est que je n’y étais pas allée pour voir un chef d’œuvre d’esthétisme, bien que l’esthétisme du film m’intéresse aussi, mais pour rêver un peu ! Concernant Anna : elle joue mal, c’est tout. J’ai même trouvé que parfois, ça faisait dialogues de téléfilm :s

    Célinette : Oui va voir comme je disais à Stéphanie c’est bien d’avoir son propre avis ! J’ai beaucoup aimé Coco avant Chanel aussi, bien qu’il y ait quelque chose de cancanier chez Audrey aussi qui me dérange un peu…

  5. Gina Paillette Says:

    Je suis d’accord avec toi, c’est très froid et l’esthétisme du film prend le pas sur l’histoire. Ceci dit c’est un très BEAU film. J’ai été déçue en fait surtout par le personnage de Chanel (Anna Mouglalis ne m’a pas perturbée pourtant) et par la tournure que prennent les choses : l’histoire de fesses purement et simplement, comme tu dis. Mais c’est normal : n’est-ce pas, dans leur vie à tous les deux, qu’une simple anecdote, si tant est que cette histoire ait vraiment eue lieu? Le problème de ce film à mon avis c’est de vouloir raconter une histoire banale et sans importance, mais filmée comme un amour passionné -entre deux grands noms qui plus est!

Leave a Reply